L’étude des gènes de Centipède pour comprendre l’Evolution

Les centipèdes, ces créatures à mille pattes qui nous surprennent dans nos maisons et jardins, ont été génétiquement séquencées pour la première fois. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue PLoS Biology, une équipe internationale de plus de 100 scientifiques révèle l’apport de la connaissance de l'ADN de ces humbles arthropodes à la compréhension du développement de la vie sur notre planète.

Les centipèdes appartiennent à la famille des arthropodes, un groupe comprenant de nombreuses espèces, dont les insectes, les araignées et d’autres animaux. Jusqu'à présent, les myriapodes (comprenant les centipèdes et les mille-pattes) était la seule classe des arthropodes dont le génome n’était pas séquencé.

Les chercheurs ont séquencé le génome du centipède Strigamia maritima, car ses caractéristiques peuvent aider à comprendre les arthropodes plus complexes.

Selon le Professeur Ariel Chipman, principal co-auteur de l'étude et chef de projet à l’Institut Alexander Silberman des Sciences de la Vie de l'Université hébraïque de Jérusalem, les données génétiques révèlent comment ces créatures ont effectué leur transition du lieu d'habitation d'origine dans la mer pour vivre sur terre.

"En utilisant différentes solutions évolutives pour des problèmes similaires, les myriapodes et les insectes se sont adaptés à la vie sur la terre ferme indépendamment les uns des autres", a déclaré le Professeur Chipman. "Par exemple, la comparaison des génomes des centipèdes et des insectes montre des évolutions différentes et indépendantes les unes des autres pour résoudre le même problème, problème partagé par toutes les créatures vivant sur terre, c’est-à-dire vivre dans l'air sec."

Selon le Professeur Chipman, l'étude a révélé qu'en dépit d'être étroitement lié aux insectes, le centipède n’a pas les gènes olfactifs utilisés par les insectes pour sentir l'air, et a donc développé sa propre capacité pour renifler l’air en développant d'autres familles de gènes absents chez les insectes.

En outre, le Professeur Chipman précise que ce groupe spécifique de centipèdes vit sous terre et a perdu ses yeux, ainsi que presque tous les gènes de la vision et les gènes impliqués dans l'horloge interne du corps. En revanche, ils ont des capacités sensorielles accrues leur permettant de reconnaître leur environnement et capturer des proies.

Publiée dans la dernière édition de PLoS Biology, la recherche résulte d’une collaboration entre plus de 100 scientifiques issus de 50 institutions. Des milliers d'heures de recherche ont été consacrées aux gènes spécifiques du génome des centipèdes, chaque chercheur étudiant un ensemble limité de gènes ou des caractéristiques structurelles spécifiques pour répondre aux questions spécifiques.

En expliquant le but de la recherche, le Professeur Chipman a déclaré: «Si nous avons une meilleure compréhension du monde biologique qui nous entoure, de son fonctionnement, et de comment il est devenu ce qu’il est, nous finirons par avoir une meilleure compréhension de nous-mêmes». Selon le Professeur Chipman, cette recherche aura des applications dans les domaines allant de la conservation à la recherche sur les pesticides.