Confrontation des Cellules Tumorales

Les cellules des tumeurs sont aussi uniques et imprévisibles que les personnes qu'elles attaquent – et la tumeur est aussi complexe que l'organisme qu'elle agresse. De caractère et de contenu divers, ces cellules changent constamment quand elles se multiplient. « Notre but est de comprendre comment cela se produit, quelles voies peuvent influer sur l'identité qu'elles acquièrent et comment utiliser ces connaissances comme moyen potentiel de traitement efficace, » dit le Dr Ittai Ben-Porath, qui dirige une équipe de recherche au Département Biologie et Cancer de la Faculté de Médecine.

Dr Ben-Porath et son équipe étudient les mécanismes moléculaires qui déterminent la croissance tumorale et métastatique – les fonctions acquises par les cellules cancéreuses – ainsi que les gènes qui les contrôlent. « Le but de nos travaux est de découvrir les régulateurs génétiques dont l'activité est responsable de la mauvaise différentiation dans les cancers du sein. Nous nous concentrons sur des gènes régulateurs qui jouent un rôle connu dans le contrôle du fonctionnement normal des cellules souches. » Leur analyse des données d'expression des gènes leur a permis d'identifier les fonctions jusqu'ici inconnues de plusieurs gènes de régulation associés aux cellules souches.

La sénescence cellulaire – un programme de vieillissement cellulaire – est un autre mécanisme crucial qui contrôle la croissance des cancers. La sénescence représente un « frein » important au développement du cancer. Quand les cellules tumorales commencent à se multiplier, ce programme entre en jeu et les empêche de poursuivre leur division. Les tumeurs doivent donc se débarrasser de ce frein pour se développer. Puisque c’est une des caractéristiques les plus universelles des tumeurs, il est très important de comprendre comment fonctionne la sénescence.

« La contrepartie quand on bloque les tumeurs, c'est le vieillissement. Quand on vieillit, les cellules sénescentes s'accumulent dans l'organisme et contribuent à la maladie – ce qui raccourcit en fait notre durée de vie ».

Avec ces deux axes de recherche, le but est de nous mettre en position de force contre les tumeurs, en utilisant leurs caractéristiques distinctes pour développer un traitement aussi unique que la personne qu'elles essaient de détruire.

« Quand on en sait le plus possible, au niveau moléculaire, sur la tumeur, » dit le Dr Ben-Porath, « on peut alors déterminer quels médicaments utiliser pour une tumeur donnée. »

 

Lire plus sur : https://medicine.ekmd.huji.ac.il/En/academicUnits/imric/cancerHub/Pages/Default.aspx